Ne refoule pas la vacuité

Selon certaines approches, le refoulement est celui des désirs sexuels, selon d’autres, la psychologie existentielle par exemple, le refoulement est celui de la mort. Dans la psychologie du non soi qu’est le dharma,  le refoulement est celui de la vacuité.  Au fond de nos tripes, nous sentons bien que quelque chose cloche, que l’irréalité des choses fait oeuvre quotidienne, rongeant et grignotant notre désir problématique d’être de plus en plus solidement réel.

Socialement comment être plus réel? plus d’argent, de célébrité, de pouvoir? sachez qu’un ou les trois ne pourront colmater la brèche que vous ressentez au creux de votre être, le soir au fond de votre lit, dans la solitude des abîmes de l’existence, à la ville comme aux champs. Lire la suite « Ne refoule pas la vacuité »

L’épreuve de la confiance

Pratiquer la méditation est une invitation à nous glisser dans l’expérience de l’instant et à vivre par nous-même de quoi il retourne.  C’est un acte qui nécessite aspiration, décision et confiance, un minimum pour commencer. Car zéro expérience – zéro confiance et zéro confiance – zéro expérience. Les deux sont l’abscisse et l’ordonné des compétences en différents domaines ou de la réalisation pour ce qui concerne notre propos, de l’incorporation de ce que nous aurons entendu dans les enseignements sur la nature de l’esprit. Un incontournable somme toute. Lire la suite « L’épreuve de la confiance »

Ni lieu ni mémoire

Par la méditation, nous entrons dans un temps sans temps, un lieu sans lieu. Mieux, nous le devenons car nous le sommes depuis notre vraie nature et depuis toujours. Paradoxe : nous sommes aussi ces fragments entêtés qu’on appelle personnalité, ces petits bouts de miroir qui à bien y regarder reflètent aussi la nature sans histoire. On peut même dire que sans ces fragments, ces petits bouts de souffrance ou d’épine dans le pied, on n’y verrait pas grand-chose. L’ombre manifeste la lumière. S’asseoir à l’ombre d’un arbre offre de voir toutes choses en lumière, sans en être fasciné ou ébloui. Lire la suite « Ni lieu ni mémoire »

Le passé nous fait face

Faire face au passé car le passé nous fait face. Les Grecs pensaient que le passé était devant nous et non derrière. C’est troublant je vous l’accorde.

Disons simplement que faire face au passé qui nous fait face n’est pas ressasser le passé. En aucun cas ce que nous déployons, à travers la pratique de la méditation ou le travail thérapeutique ne s’assimile à entretenir le radotage de son existence en tant que bourreau ou victime. Bourreau et victime sont les grandes tendances des extrêmes de l’ego. Lire la suite « Le passé nous fait face »

la méditation n’est pas cousue de fil blanc

Comme la pluie arrose toutes sortes de végétaux et fait pousser aussi bien les graines des fruits et des légumes que les mauvaises herbes, la méditation détient cette même force de faire s’élever toutes sortes d’expériences. Que celles-ci soient agréables ou désagréables, peu importe! il ne s’agit pas de s’identifier à des expériences gratifiantes ou pas. Si bonnes expériences il y a, laissons les aller une fois reconnues; si mauvaises expériences il y a, laissons les aller une fois reconnues. Coupons les étiquettes. Lire la suite « la méditation n’est pas cousue de fil blanc »