Conseils au quotidien – semaine du 9 au 13 avril

Pour celles et ceux qui n’ont pas d’accès facebook ou pour retrouver tous les petits conseils du jour, voici ceux qui ont été publiés au quotidien sur ma page facebook durant la semaine du 9 au 13 avril 2018. Retrouvez plus de conseils au quotidien.

Mardi 10 avril

Me voici de retour d’un temps de formation et de constellations.
On pourrait voir les constellations comme une thérapie parmi d’autres. Dans le contexte des Cinq Racines, elle est vécue aussi comme une pratique spirituelle, comme une possibilité de changer notre regard en profondeur.
C’est ce qui est, de mon point de vue, le véritable changement. Habituellement, nous nous vivons comme séparés, dans la comparaison, les attentes et les exigences. Les déséquilibres relationnels sont au coeur de la plupart de nos souffrances. Et personne n’échappe à ça. Il est important de réaliser qu’il n’y a pas de meilleur destin qu’un autre. Chaque destin est différent. Inutile de se comparer ou de se culpabiliser. Nous le savons peut-être mais bien sûr ces affirmations sont en réalité plus subtiles qu’elles n’y paraissent car il ne s’agit pas de devenir inconséquent ou plein de suffisance sous prétexte d’échapper à une morale bien pensante. Car la vérité est encore plus exigeante.
Par le chemin des constellations, nous comprenons que nous sommes tous reliés et inter-reliés. Nous réalisons que nous sommes déjà la meilleure version de nous-même et l’autre aussi. Ce qui est la base pour toute amélioration, c’est-à-dire sortir des souffrances inutiles que nous générons et que nous subissons aussi. Nous pouvons entrer en relation plus sainement avec nos émotions, voir l’impact des blessures dues aux liens familiaux, sans chercher de coupable mais en étant honnête avec nous-même. Lâchons les bons sentiments, la politesse et l’arrogance. Nous avons le droit d’être en colère et de ne pas pardonner, tout plutôt que faire semblant. La vérité est ce qui libère et permet ensuite de passer à autre chose, d’assumer sa part de responsabilité mais de laisser aussi les autres assumer la leur.
La base de ce que transmettent les Cinq Racines est de faire face à ce qui est tel que c’est. Que ce soit la méditation ou les constellations ou l’activation des ressources ou l’action synchronisée.
Soigner les blessures en les regardant vraiment, ce qui est souvent ce que nous redoutons le plus. Et nourrir ce que nous sommes au plus profond de notre être nous revient.
Ce qui précède toute relation est l’homme ou la femme que nous sommes. Dans l’ordre naturel des relations, nous devons commencer par nous, par nous occuper de l’homme ou la femme que nous sommes. Personne ne peut le faire à notre place. Une meilleure relation à soi confronte à des prises de conscience dans notre histoire. Nous réalisons en vieillissant que nous sommes comme nos parents. Entendez-le dans tous les sens. Au final, la pratique des constellations génère humilité et confiance, la capacité de prendre sa place, de se libérer des intrications douloureuses et d’accepter qui nous sommes procure une détente profonde.
Aujourd’hui je vous invite à réaliser que nous ne pouvons donner que ce que nous avons pris. Les parents donnent, les enfants prennent. Prenez complètement et totalement ce qui vous a été donné, tel que cela vous a été donné, et vous découvrirez là une clé magique de guérison. Chaque jour prenez la vie comme elle vient, prenez-la complètement, totalement, telle qu’elle est.
Belle journée foulée de jonquilles.

Mercredi 11 avril

Il arrive que nous nous posions des questions lorsque nous commençons à nous rendre compte que faire un chemin avec plus de conscience dans sa vie n’est pas la chose la plus confortable qui soit. Plus on nettoie et plus on s ‘aperçoit qu’il y a encore des mémoires encrassées et tenaces qui se manifestent et que ce ne sera peut-être jamais fini.
Sur certains points nous avons l’impression d’avoir avancé mais sur d’autres nous avons l’impression de tourner encore en rond, de répéter les mêmes mouvements qui mènent aux mêmes impasses. Car dans notre vie tout est question de mouvement, qu’il se répète ou soit entravé, retenu, ou encore interrompu.
Depuis l’espace intérieur de la pratique de la présence, et dans l’espace des constellations, nous laissons à nouveau se déployer ces mouvements qui ont été bloqués ou nous font reprendre toujours les mêmes routes avec l’illusion de la nouveauté. Nous faisons comme nos parents, nous rejouons leurs scénarios. Bien sûr cela est plus ou moins conscient. Pour peu qu’on s’interroge cela devient une évidence parfois effrayante.
Comment faire de la place à de nouveaux mouvements? Comment devenir véritablement autonome et adulte afin de sortir des répétitions et des conflits de l’enfance?
Offrir de l’espace – offrir de la solitude – offrir aux mouvements intérieurs et profonds qui n’ont pu se faire la possibilité de se dérouler est le sens d’une séance de constellations. Pendant celle-ci, nous devenons humble, lâchons le contrôle, le mental qui enrobe tout, qui justifie tout, qui s’en tire toujours à bon compte. Et il se défend croyez-moi!
Il est frappant de voir à quel point nous disons des phrases que nos parents auraient pu ou ont même peut-être dites exactement à d’autres, dans des circonstances quasi-similaires. Souvent suivent les mêmes actes au même âge – en résumé « je fais comme toi, papa ou maman » – ce qui me permet de pouvoir enfin t’aimer, de résoudre mes conflits avec toi. Ainsi vont les familles où tout finit par rentrer dans l’ordre des souffrances subies et reproduites sur soi et d’autres comme une fatalité.
Comment en sortir véritablement? en acceptant d’y être et en trouvant le propre fil de son chemin pour faire un pas en avant plus conscient.
La vie est mouvement, les graines de souffrance poussent, les oiseaux de vérité veillent, les miroirs se ternissent au fur et à mesure que pointe la clarté. Le premier mouvement est celui de la conscience qui peut se retourner et voir autrement.
Faire un chemin n’est pas confortable mais ne pas en faire ne l’est pas non plus. Plus de conscience rend plus responsable. Après nous pouvons faire comme si nous n’en avions pas, de conscience, c’est une attitude très répandue.
Comme disent les contes, l’oiseau de vérité a été témoin de tout, la vie n’a pas de recoin, quoique tu fasses tu ne pourras fuir ni effacer les traces de tes crimes relationnels.
Aujourd’hui je vous invite à regarder si vous avez l’impression de reproduire des mouvements de vie qui vous rendent loyal et fidèle à d’autres dans votre famille. Ce n’est pas toujours la première chose qui vient à l’esprit mais on peut toujours essayer de s’interroger – de prendre un temps de solitude et de recul. Si ces mouvements sont forts nous serons pris dedans et les accomplirons comme un destin inévitable. A moins de faire un pas de côté et de prendre une autre direction, en demandant de l’aide peut-être pour dépasser ses propres limitations.
Dites vous bien que faire un chemin n’est pas toujours aisé mais qu’au final ne pas en faire ne l’est pas plus.
Belle journée d’élans qui refleurissent.

jeudi 12 avril

Aujourd’hui je vous propose de faire une liste de vos petits bonheurs quotidiens. Vous allez me dire que vous avez déjà fait cela mille fois. Et bien c’est toujours bon de recommencer.
Je me sens heureux-heureuse quand…par exemple je me lance : quand je regarde par la fenêtre le matin – quand je bois tranquillement mon café – quand je partage mon petit déjeuner avec des personnes que j’aime – quand un oiseau chante – quand l’air du printemps caresse mon visage – quand le chat se frotte à mes jambes etc.
Je suis sûre que vous aussi vous allez lister à votre façon ces petits bonheurs – ce qu’ils sont pour vous – faites en – écrivez-en au moins dix – regardez comment vous vous sentez en le faisant et juste après? cela génère reconnaissance et gratitude, n’est-ce pas? Vous vous sentez alors léger – aimant – disponible. Vous avez pris ce que la vie vous donne avec la conscience de recevoir véritablement ce don et non dans l’inconscience arrogante d’un dû ou dans l’indifférence matérialiste, cynique et nihiliste de ceux à qui tout profite, même le malheur des autres.
Et là je vous mets à l’épreuve :
Demandez-vous maintenant : et si même ces simples moments disparaissaient – que resterait-il alors de mon bonheur?
Imaginez un moment où vous avez été très malheureux-malheureuse parce qu’on vous a blessé – fait du mal – trahi ou je ne sais quoi d’autre. La pensée de cet événement si vous l’évoquez sera peut-être à nouveau douloureuse car elle suscitera des ressentis, des émotions qui réveilleront et amplifieront la mémoire que vous avez de l’expérience vécue. L’ensemble aura tendance à se cristalliser à nouveau, bien que l’événement soit passé.
Vous prenez conscience alors que la pensée, si vous vous y attardez trop vous rendra amer – triste et maussade. Il y a ce que nous vivons et nos pensées qui peuvent parasiter très vite l’appréciation de ce qui est simplement.
Imaginer que ces petits moments que vous aimez le plus dans votre vie disparaissent, peut-être d’ailleurs avez-vous déjà vécu cela? Même l’évident peut disparaître, nous livrant alors à la dictature du malheur, c’est-à-dire à la tourmente des pensées pressées d’occuper les blancs, les vides, les entre-deux.
Ne participez pas à votre propre malheur, n’en rajoutez pas, si c’est possible et sinon tant pis goûtez l’ivresse du désespoir à fond. Et sinon, arrêtez sur le champ les pensées quand elles commencent à vouloir s’installer dans votre salon, si vous le pouvez, sans refouler. Car si vous regardez bien les petits moments de bonheur se vivent sans besoin de commentaires pour les justifier. Alors souriez à nouveau à l’oiseau qui vous salue – aux fleurs qui trépignent dans leur joie solaire – restez présent à la vie qui s’anime.
Aujourd’hui ne vous gâchez pas la vie – profitez de ces instants de grâce qui n’ont l’air de rien : le jour qui se lève et avec lui la première pensée de gratitude malgré toutes les raisons de se laisser envahir par les chevaux noirs de ce qui n’est pas ou devrait être autrement. L’esprit frais – l’esprit neuf est l’or – l’Ouverture Réalisée – de ces précieux petits gestes qui bout à bout tissent les liens de nos vies où goûter la simplicité et les opportunités du jour d’aujourd’hui.
Bon lever de ciel dégagé à l’orée de votre conscience.

vendredi 13 avril

Une demande souvent émise par certaines femmes lors des ateliers – quelque soit leur âge – moins ou plus de 50 ans – est de faire une rencontre amoureuse.
Parfois, certaines vont sur des sites de rencontre qui sont devenus en quelques décennies les lieux branchés de la solitude et surtout de la mésestime de soi. Pour avoir eu quelques retours de personnes ayant tenté l’expérience – comme toute expérience aujourd’hui c’est facile sans bouger de chez soi en quelques clics ou alors sur votre lieu de travail si vous en avez encore un et en quelques clics aussi c’est facile de se faire une relation. On peut même en changer si ça ne convient pas alors on re-clic et hop de nouvelles possibilités s’ouvrent sur l’écran de vos nuits blanches, n’est-ce pas merveilleux? Du nouveau surtout, c’est possible, on est libre!
Les valeurs mises en avant aujourd’hui est le bonheur individuel, la réussite de soi, le plaisir à tout prix, la séduction qui est censée rassurer sur qui nous sommes. Or les critères sont de plus en plus exigeants et difficiles à tenir. On veut s’engager sans s’engager, rester attirant toute sa vie et faire comme tout le monde c’est-à-dire comme personne en réalité, on se compare à la norme actuelle, on essaie de rester dans le coup, d’éternels adolescents.
Certes dans l’intensité de la séduction on existe, enfin il se passe quelque chose! on se sent branché! Sauf qu’on est peut-être un narcisse mal en point! Au final, il y a énormément de souffrances et de fragilisation quant à la confiance en sa propre valeur. Et ça vaut pour les femmes et pour les hommes aussi.
Le regard des autres est devenu ce par quoi nous devons exister : jeunes, beaux, pas malades, réussissant socialement avec quelques signes extérieurs de richesse, désirables éternellement, dégagés émotionnellement de toute relation durable, libres quoi! mon voisin et collègue change de canapé et de femme en même temps, y a une promo, pourquoi pas moi! C’est ça la liberté, on est libre d’imiter qui on veut, n’est-ce pas merveilleux?
Ce que je vois dans ces désirs de rencontre est la souffrance et l’inquiétude face à sa propre estime. Est-ce que je vaux quelque chose si je ne plais à personne? Est-ce que je suis assez o%? Est-ce que je fais assez de sport? Est-ce que je etc. Et là économiquement c’est une mine pour les vendeurs d’anti-âge qui surfent sur la vague de nos détresses. Les hommes aussi sont pris dedans.
Car il est difficile d’échapper en tant qu’individu à ces influences complexes. Nous subissons tous plus ou moins ces diktats. Certes prendre soin de soi est une bonne chose. En faire une obsession une autre.
Ce que j’aimerais partager avec vous c’est combien il est important de prendre conscience de ce que nous cherchons dans une rencontre amoureuse. Une intensité parce que l’âge nous mine? Une valeur parce que nous ne le valons pas assez? Une sécurité parce que nous avons peur de la solitude? Quoique ce soit, nous risquons d’être fragilisés encore plus car les normes actuelles en termes de relations amoureuses ont changé. C’est pourquoi il est important de ne pas en faire une obsession. Nous pouvons nous détendre dans la relation à nous-même et nous reconnecter à notre propre puissance plutôt que de la faire dépendre d’un autre.
Nous sommes aimables tel que nous sommes. Nous sommes la meilleure version de nous-même. Et si rencontre il peut y avoir ce sera sans la forcer, sans attentes, sans chercher de compensation à la mésestime de soi ni sans jeter le vieux pour du neuf.
Appréciez la quiétude de votre solitude. Et préparez-vous à une rencontre éventuelle. Reliez-vous à votre force animale ou à un archétype dont l’énergie vous ancre. Soyez lionne ou Diane chasseresse ou ce qui vous chante mais évitez pour l’occasion, s’il vous plaît, d’être une fourmi qu’on écrase ou une cendrillon sans fourneaux.
Et si d’autres semblent vous rejeter ou appuyer sur vos blessures narcissiques, allez voir ailleurs si vous n’y seriez pas et laissez à chacun le crochet de ses atomes chatouiller qui il veut. Compostez-vous sur le chemin et basta!
Ne remettez pas toujours en question votre propre valeur. Les relations amoureuses changent, auront de nouveaux paradigmes dans les temps à venir, avec un peu de chance vous êtes en avance! ou alors l’intelligence artificielle nous fournira bientôt les hommes et les femmes de nos rêves ou de nos pires cauchemars.
Ce sera IA versus AI (amour inconditionnel). Mais bon c’est une autre histoire.
Si réussir sa vie amoureuse est devenu socialement le nouveau défi de la ménagère de cinquante ans, et du cinquantenaire en burn out, alors cherchez votre intensité ailleurs et surtout ne vous faites pas souffrir au nom de normes à la mode, il y a déjà suffisamment de mal-être comme ça!
Aujourd’hui je vous invite à vous relier, chères amies à votre propre puissance enracinée en le périnée d’un masculin archétypal universel, et de vous aimer, si les autres ne le font pas, telle que vous êtes, et tant pis pour eux s’ils passent à côté de la bombe de vie et de beauté que vous êtes!
Moi je la vois cette bombe là et la célèbre avec vous, tchin de printemps !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s