Faut-il changer le décor?

On est tout aussi attaché à ses pensées qu’à ses meubles ou à sa voiture. puis on se lasse du décor ou de l’objet. On le voit tous les jours alors au final on ne le voit plus. Les années passent et on décide de changer le décor ou la voiture ou plein d’autres choses, adaptez à votre expérience cela vaut pour tout ou quasiment.
Puis, tôt ou tard le temps ré-empoussière ce qui semblait nouveau et exaltant et nous voilà derechef avec l’envie de changer de décor mais la mort arrive et vous propose de laisser tout ça derrière vous. Voilà ton dernier smoking.
Et bien à l’intérieur de notre esprit, le décor ce sont nos pensées, nos émotions, nos habitudes. On est parfois très encombré. Pour installer un nouveau décor il faut vider l’ancien. Mais comme pour le décor extérieur, cela reste superficiel. Au final il est mieux de cesser de s’encombrer. Surtout que les pensées agréables ou désagréables ne sont que des manifestation transitoires. Si on les laisse tranquilles, sans les saisir, alors elles passent. Et quand elles reviennent nous les voyons pour ce qu’elle sont : de simples apparitions dépendantes de causes et conditions comme les  nuages dans le ciel.
Bleu, noir ou rouge, qu’est-ce que ça peut faire?
Peu importe le décor, l’essentiel est de ne pas s’y attacher. Comme cela vous n’avez plus à faire le ménage, il se fait tout seul.
Le problème est de s’identifier à ses pensées comme on peut s’identifier à sa voiture, à une relation ou un métier ou tout ce que vous voulez.
On y est attaché : si je ne suis pas mes pensées qui suis-je? si le décor disparaît, quelle est la pièce dans laquelle je suis en train de jouer?
Bien sûr nous pouvons nous encourager à développer des pensées appropriées au but poursuivi : si je souhaite le bonheur il est bien d’en cultiver les causes et de ne pas laisser entrer n’importe quelle pensée chez soi, si vous me permettez de continuer la métaphore. Tant qu’à faire d’être attaché autant cultiver de bonnes pensées. Mais le mieux est d ‘arrêter de juger nos pensées et d’en comprendre la nature, c’est ce qui aide vraiment à dissoudre tout décor puis à faire apparaître celui qu’on veut quand on veut. C’est la magie de la vacuité.
De même je peux réorganiser mon chez moi pour qu’il corresponde plus aux énergies du moment.
Nos pensées ont une influence dans la mesure où nous leur en donnons une, même si elles changent tout le temps, ne l’oublions pas. Mais ces pensées, déjà, est-ce bien les nôtres? d’où viennent-elles? En sommes-nous conscients ou les croyons-nous sur parole?
L’enseignement du Bouddha nous rappelle de tester, d’aller y voir nous-même, d’y jeter un œil, voire les deux ou trois, d’être plus conscient de nos attitudes, en nous et de leur impact dans notre vie.
Certaines personnes, parfois, réclament de vouloir vivre leur vie comme si ce n’était pas le cas, comme si quelqu’un les en empêchait. La vie de qui vivent-elles? C’est bien notre vie que nous vivons à chaque instant. Pas la peine d’attendre un autre décor pour commencer à la vivre. Nous vivons déjà notre vie. Nous en avons créé le décor, inutile d’en accuser les autres.
Tout est question de regard. Pourquoi en vouloir au canapé ou à la chambre à coucher quand c’est dans notre esprit qu’est l’encombrement?
Mais on est comme ça, on finit par croire au discours qu’on se sert à chaque minute. On finit par subir ce que l’on a choisi à un moment comme si ce n’était pas notre responsabilité.
Une même chose peut être vu ou vécu de façon différente par plusieurs personnes et avec le temps ce que nous trouvions beau nous le dénigrons alors où est la vérité ?
C’est qu’entre-temps nous nous sommes lassés du décor. Quoique l’on fasse la réalité restera changeante. On pense, on croit, on veut croire que les choses devraient être de telle ou telle manière.

Changeons de décor, changeons de pensées si cela nous aide. Mais si tout est vide où la poussière pourrait-elle se déposer?

Ne crois pas ce que tu penses !

Que suis-je si je ne suis pas mes pensées ?

 

Publicités

2 commentaires sur “Faut-il changer le décor?

  1. accessoires de psyché comme autant de linceuls de compagnie
    que le vent essaime ici et là
    comme le dieu filigrane qui se prend au sérieux
    et oublie de boire à la source magique
    puis se transforme en horrible monstre
    mangeant toutes les pensées qu’il rencontre
    devenu un géant l’espace pourtant infini ne peut plus le contenir
    seul avec ou sans linceuls
    que suis-je ?
    le quotidien qui oublie l’essentiel
    l’essentiel qui oublie le quotidien
    les blessures outre-tombe qui inventent le quotidien
    les blessures de l’enfance qui détricotent la lumière
    chassé-croisé de théâtres à la trame ancestrale
    cascade d’images aux résonances de faits et gestes à l’infini
    concrètement tout se joue dans le vide
    l’histoire ne dit pas si les graines de conscience trouvent le bon terreau
    tout simplement parce que l’histoire n’existe pas
    suis-je le bon terreau ?
    stupide taureau assurément

    J'aime

  2. – Dis, toi, le magicien. Peux-tu mettre le ciel en cage? Peux-tu glisser mes sentiments dans une boîte? Peux-tu ranger l’instant que je vis sous une cloche?
    – Non, petite fille, je ne le peux pas, je ne le veux pas. Je suis le temps. Goûte à l’impermanence. Tu comprendras, c’est délicieux. Regarde bien le ciel se modifier à chaque instant. Alors, tu savoureras pleinement ses changements. Éprouve tes sentiments. Ils peuvent être violents comme lorsque l’orage éclate ou doux comme une barbe à papa. Malgré toi le décor change, ne retiens rien, ne fige rien.Laisse les vagues de la vie te surprendre, t’apprendre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s