Conseils au quotidien – semaine du 8 au 12 janvier

Pour celles et ceux qui n’ont pas d’accès facebook ou pour retrouver tous les petits conseils du jour, voici ceux qui ont été publiés au quotidien sur ma page facebook durant la semaine du 8 au 12 janvier 2018. Retrouvez plus de conseils au quotidien.

Lundi 8 janvier

Nettoyez ! Nettoyez !Nettoyez ! Nettoyez l’esprit – nettoyez le coeur – nettoyez la parole – nettoyez le corps – même si tout est déjà fondamentalement propre et qu’il n’y a rien à nettoyer. pas d’esprit – pas de coeur- pas de parole – pas de de corps – où la poussière pourrait-elle alors se déposer?
En même temps dans le jeu d’illusion il y a bien de la poussière, des saletés, des impuretés alors jouons le jeu et nettoyons au mieux.
La vie quotidienne, chacun de ses aspects, peut être utilisé comme exercice de guérison.
Toute guérison commence par ne plus séparer la vie quotidienne de la méditation. Il est possible d’acquérir de nouvelles et bonnes habitudes. L’attention joue un rôle essentiel dans ce processus. L’attention douce, claire et conciliante comme l’eau est ce que nous avons besoin d’utiliser.
Nettoyer avec l’attention signifie aussi bien lâcher les pensées qui nous empoisonnent, rester ouvert et détendu que l’on soit assis, en marche ou debout. Quoi que l’on fasse, le faire complètement. Pas besoin d’attendre une occasion particulière de se réjouir ou d’être heureux. Prenez la bonne voie, la voie ouverte de l’attention et de l’amour de tout ce qui est. Et si vous la quittez reprenez là. C’est normal, l’expérience ne peut être continue, elle a des à-coups, elle se recouvre à nouveau des scories du mental affairé. Lui aussi a son job alors pas la peine de s’énerver. L’eau de l’attention pourra clarifier et apaiser ce qui doit l’être et au moment où il le faut.
Toute activité quotidienne peut devenir pratique spirituelle.
Ainsi par exemple, dès le matin avant la méditation vous pouvez boire un verre d’eau chaude, à petites gorgées, avec un jus de citron dedans ou pas. Cela nettoie le tube digestif, améliore la circulation du sang, draine les toxines, ravive l’énergie. En même temps que vous faites cela pour votre corps, vous pouvez aussi penser que tout ce qui encombre votre coeur et votre esprit sont dissous et s’éliminent ensuite dans les toilettes avec votre urine.
Se laver le visage, se laver les dents, ou les différentes parties du corps devient le geste d’imaginer que toutes les tensions, les émotions négatives partent, sont emportées par l’eau pure et vous êtes ainsi régénéré.
Quand vous nettoyez un lieu, lavez le linge, sortez les poubelles, imaginez que vous éliminez en même temps toutes les impuretés mentales et émotionnelles.
Aujourd’hui, demandez-vous quel lieu vous pourriez nettoyer dans cet esprit de guérison. Voyez l’impact que cela a sur vous, votre esprit, votre énergie.
Dans beaucoup de traditions, les travaux physiques ont un sens profond. Se confronter à la matérialité du monde, à son incessante production de déchets fait réfléchir à plus d’un titre. Peut-être qu’en nettoyant on se rend compte qu’on pourrait salir moins, non en mettant des housses plastifiées sur le monde, comme cela se faisait autrefois, mais en adaptant ses besoins, en vivant avec plus de conscience globale des choses, et cela nous est donné par l’acuité d’un instant. La conscience d’un instant de conscience peut balayer des années de voiles.
Bien sûr cela ne dure pas, comme le ménage, il faut nettoyer sans cesse.
Aujourd’hui mettez de la conscience dans tout votre ouvrage quotidien, faites en un véritable exercice spirituel.
Bonne pratique des petits pas de guérison du quotidien.

Mardi 9 janvier

En ce début d’année, nous avons sans doute fait des souhaits de changement, pris de bonnes résolutions. Mais ensuite? Souvent nous envions certaines personnes qui ont accompli ce que nous souhaitons nous-mêmes, leurs réalisations nous font rêver et nous aimerions avoir une vie qui ressemble à la vie de ceux que nous admirons.
Mais en avons nous le désir profond, réel? et avons nous la persévérance nécessaire pour aller jusqu’au bout? car rien de ce qui nous fait rêver que d’autres ont accompli ne s’est fait sans effort, sans énergie et surtout sans le désirer profondément.
Toute réussite, accomplissement demande du temps, de l’énergie, de la détermination, de la persévérance. sans ces qualités aucun rêve ne peut s’accomplir.
C’est vrai en tout domaine, y compris la transformation de soi-même, notre désir de progression intérieure. D’ailleurs c’est exactement à cet endroit que débute tout changement, toute transformation, à l’intérieur de notre esprit, dans notre coeur.
Si nous avons besoin de faire quelque chose en premier lieu c’est de soutenir activement notre motivation de départ. En avons nous une? Comment la nourrir et la faire vivre?
Il y a quelque chose que vous pouvez faire c’est de lister sur un cahier le soir tous vos engagements du lendemain.
Connaissez-vous les vertus du cahier qui nous accompagne au quotidien? Pour les personnes qui viennent aux ateliers, je conseille d’avoir un cahier où nous pouvons écrire nos retours d’expérience dans la méditation mais aussi où il est possible d’organiser son emploi du temps en lien avec le changement que l’on souhaite.
Combien de temps je médite – quoi – etc. Cela est valable pour n’importe quel souhait de vie.
Je vous propose d’acquérir un cahier si vous n’en n’avez pas et souhaitez faire cette expérience qui vous encouragera à faire vivre vos engagements.
Le soir notez tout ce à quoi vous vous engagez le lendemain. Bien sûr notez tout ce qui est en direction de votre désir de transformation. Ainsi si je suis convaincu qu’il est bien d’avoir l’esprit calme et que je sais que la méditation fait partie de ce qui me permettra de réaliser cela jour après jour alors je le note. Et toutes les choses qui vont dans le sens de ce que vous souhaitez. Listez vos engagements jour après jour. Puis le lendemain soir, rayez ce que vous avez fait et réjouissez-vous de l’avoir effectivement fait. Vous avez tenu vos engagements envers vous-même.Vous venez de créer un cercle vertueux de confiance. Vous rayez ce qui a été fait. Vous re-notez ce qui est à faire, même si c’est la même chose. Faites cela un certain temps pour voir que petit à petit un circuit, de nouvelles connexions se créent en vous. Et que vous devenez le cahier, en un certain sens.
Vouloir réussir ou accomplir est concret. Et surtout demande d’agir. C’est une nouvelle habitude à prendre peut-être pour certaines personnes qui rêvent leur vie plutôt que de l’accomplir. Bien que le mode de vie actuelle laisse à penser que les choses se font toutes seules, cela n’est pas validé dans l’expérience.
Certes des choses peuvent être facilitées mais tout dépend toujours de la force de la motivation qui vous amène à tenir vos engagements sur du long terme.
On ne devient pas un grand chef, un grand sportif, un grand sage en un jour. Et surtout plutôt que de se focaliser sur le résultat il nous faut regarder ce que nous donnons de nous-même, les qualités que nous mettons en oeuvre pour réussir nos petits engagements quotidiens.
Voulons nous nous entraîner? notre but en vaut-il la peine? ou allons nous resté frustré en nous focalisant sur l’accomplissement des autres?
Cela me rappelle un conte : Dame Holle.
Dans ce conte une jeune fille est tyrannisé par sa belle-mère et sa fille. Elle finit de désespoir par se jeter dans un puits or au fond du puits tout un monde de ressources est en appel. Les pains veulent être sortis du four, les pommes veulent être cueillies etc. bref vous l’aurez remarqué, que des actions à faire immédiatement.
Elle y rencontre Dame Holle qui lui demande de se mettre à son service. La jeune fille accepte de nettoyer, ranger, s’occuper de toutes les tâches ménagères. Après un certain temps, Dame Holle lui dit de remonter chez elle, en lui offrant ce cadeau mérité : à chaque fois qu’elle prononcera une parole, elle sera couverte d’or. Elle rentre donc chez sa belle-mère et sa fille qui voient ces prodiges. Elle leur dit exactement ce qui s ‘est passé, tout ce qu’elle a fait. La belle-mère envoie donc sa fille dans le même but. Celle-ci se jette dans le puits, atterrit dans le monde du dessous et rencontre Dame Holle. A l’inverse de la première, elle est pressée d’obtenir de l’or et répond à Dame Holle qu’elle n’est pas venue là pour se mettre à son service. Alors elle repart couverte de poix. Quel enseignement tiré de cette histoire?
que la vie se met toujours au service de ceux qui se mettent à son service.
Aujourd’hui je vous invite à réfléchir à vos désirs profonds et comment les réaliser.
Bonne mise en route de vos engagements au service d’une vie meilleure pour tous.

Mercredi 10 janvier

La vie est un miroir. Tout ce que je vois des autres je le vois en moi-même. Si je vois certaines personnes comme malveillantes ou minables, c’est au fond comme cela que je me vois moi-même. Si je vois des personnes ouvertes et gentilles, c’est alors ce que je ressens envers moi-même.
Peut-être connaissez-vous la petite histoire où un homme quitte son village pour aller vivre ailleurs. En chemin il rencontre un vieil homme et lui demande comment sont les habitants de ce village que je vois là-bas et d’où vous venez peut-être? – le vieil homme le questionne alors : comment étaient ceux du village d’où vous venez? – Oh! épouvantables répond l’autre – Alors ceux-là ne sont pas mieux voire pires! –
Le monde est un miroir où nous nous voyons partout.
Cela me rappelle la métaphore qu’avait un jour employé Bokar Rinpoché dans un enseignement : si nous entrons dans une pièce couverte de miroir sur tous les murs et que nous sommes en colère, alors nous voyons des personnes colériques partout, si nous regardons en souriant, alors nous voyons des personnes affables tout autour de nous.
En prenant conscience de cela, nous pouvons retourner le miroir sur nous-même, notre propre histoire, nos mémoires inconscientes, nos émotions, nos peurs, nos conditionnements, bref tout cela nous renvoie à nous-même. Cela nous indique d’être vigilant à ce que nous entretenons dans notre esprit.
Il ne s’agit pas de s’accabler ou de nier la part de responsabilité de chacun dans les situations. Bien au contraire chacun doit regarder à sa porte et balayer, comme le dit l’adage.
Un miroir ne juge pas, il montre simplement. Voir que le monde est un miroir qui reflète nos sentiments et nos pensées nous rappelle d’être attentif à ce que nous entretenons en nous. C’est aussi prendre conscience que la bonne volonté ne suffit pas. Il ne suffit pas non plus de faire semblant d’être quelqu’un de gentil alors qu’on ne l’est pas parce que tout simplement on ne peut l’être sans un réel face à face à nos blocages, aux freins inconscients qui nous empêchent d’être autrement. Cela fait partie d’un chemin de conscience et de libération, si bien sur nous souhaitons changer, c’est-à-dire changer pour être plus libre d’être soi-même. Car est-on réellement soi-même, au meilleur de sa forme humaine, sous l’emprise des blessures et des souffrances qui nous font toujours voir les autres comme uniques responsables de ce qui nous arrive?
La bonne nouvelle de cela est aussi que lorsque d’autres disent ou pensent de mauvaises choses de nous, nous pouvons réagir autrement. En fait ils ne font que dire ce qu’ils ressentent vraiment d’eux-mêmes. Pointer l’index pour montrer l’autre est avoir tous les autres doigts qui pointent vers soi.
Plutôt que de nous énerver quand quelqu’un nous fait des reproches, nous pouvons alors avoir plus de compassion envers la personne car nous voyons ce qu’elle pense d’elle- même, nous voyons la souffrance de son esprit.
Revenir à soi est toujours le bon chemin. Nous finissons par devenir notre propre miroir et à désirer incarner ce que nous vouloir vivre chez l’autre. C’est un bon début de journée et de tout ce que vous entreprendrez.
Miroir O miroir qui est la plus belle? c’est toujours la part belle de toi-même que tu fais vivre qui est et restera la plus belle, sans comparaison aucune. Si tu en doutes alors le miroir te montrera autre chose. Regarde bien tout est intéressant dans cet apprentissage de l’être.
Aujourd’hui, observez vos pensées, vos émotions, voyez ce qu’elles vous disent. Sans doute de vous aimer plus, de plus vous accueillir, de vous réconcilier avec vous-même et tous vos liens.
Et si vous désirez aller plus loin, vous pouvez toujours venir faire un tour aux ateliers des Cinq Racines.
Bonne utilisation des miroirs!

Jeudi 11 janvier

Nous avons parfois des petits tics de langage qui peuvent nous rendre la vie moins agréable que nous l’aimerions. Cela tient parfois à un tout petit mot. Par exemple « oui mais ». J’aimerais me consacrer plus à ma vie intérieure oui mais je n’ai pas le temps; j’aimerais faire un atelier oui mais je n’ai pas l’argent; j’aimerais faire vivre ma créativité oui mais ce n’est pas pour moi. Ce petit mot a le pouvoir d’annihiler toutes nos bonnes intentions, de leur couper l’herbe sous le pied.
En même temps, si nous regardons l’anagramme du mot « mais » il se transforme en « amis ». Tous ces obstacles que je dresse sur mon chemin quotidien me sont révélés par ce que je dis juste après « mais ». Ainsi l’argent, le temps, le mauvaise estime de soi sont de bons mais et même de grands maîtres de changements.
Qu’est-ce que je dis juste après avoir affirmé quelque chose qui me tient à coeur, comme un souhait. Quels sont les petits mots barrages et en même temps maîtres-mots qui me font l’amitié d’attirer mon attention et de me dévoiler pourquoi certaines choses n’avancent pas?
Le langage reflète la pensée. En étant attentif à comment nous parlons nous apprenons des choses sur nous-mêmes, sur la façon dont nous tournons en rond dans le carré de nos croyances.
Aujourd’hui soyez dans l’attention à ce qui vient juste après un souhait, un désir, une demande. Et regardez derrière le petit mot le maître qui s’y cache.
Quelle est ma relation au temps? pourquoi est-ce un si grand obstacle? Que puis-je changer?
Que me dit ma relation à l’argent? Pourquoi est-ce un problème ou est-ce toujours ce que j’invoque pour ne pas agir? Quelle est la relation à moi-même? Pourquoi entretenir la procrastination, le fait de ne jamais passer à l’acte ou de toujours repousser? Est-ce que cela m’apprend quelque chose? Je peux regarder dans mon histoire et aussi dans l’histoire familiale et celle de mes ancêtres. Est-ce que je m’empêche de faire quelque chose par loyauté à d’autres qui n’ont pas réussi ou ont eu le même problème?
Bien sûr plusieurs causes sont possibles. A nous d’examiner ou de nous faire aider pour cela. Nous pouvons interroger, faire des liens. Des prises de conscience émergeront. Nous pouvons déjà décider de ne pas nous contredire systématiquement.
Nous pouvons remplacer « oui mais » par « et » qui poursuit les actions à faire, à mettre en place pour ce que l’on souhaite.
Je vais consacrer du temps à ma vie intérieure et je décide de méditer tous les matins tant de temps.
Le « et » invite à la précision, il donne un petit coup de pouce là où le « oui mais » risquait d’écraser de ses sabots tous les possibles, ce qu’il fait si vous ne voyez rien d’autre que lui.
Aujourd’hui décidez de ne plus vous saboter vous-même.
Ecrivez quelques souhaits et voyez pourquoi ils restent dans les tiroirs de votre mémoire jusqu’à devenir un jour des caricatures de vous-même. Avant, si j’avais su, j’aurais dû… d’autres mots qui expriment la déception, la comparaison affligeante avec l’autre vous si prometteur, et qui succéderont au « oui mais ».
Aujourd’hui bonne pratique des « je n’attends pas et j’y vais » et les choses s’aligneront à mon souhait car en moi ce sera dénouée une mauvaise habitude et installée une meilleure.

Vendredi 12 janvier

Pour entraîner son esprit tout commence par un peu de confiance. Et pour avoir un peu de confiance, il faut un peu d’amour de soi.
Et si le mot « amour » vous fait peur ou vous paraît déplacéici, il faut vous arrêter et vous demander pourquoi.
Le « un peu » c’est pour commencer modestement, là où nous sommes, plutôt que de nous donner des défis irréalisables. Souvent on pense que les choses ne sont pas pour nous, les autres oui mais nous non ou encore que quoiqu’on fasse cela ne changera rien à la face du monde, ou encore il y a tant de gens qui souffrent ce n’est pas juste que je me sente en paix etc alors et après? tu rentres le cheval de ton énergie à l’étable de la morosité et tu l’y oublies.
Ces croyances montrent dépréciation, culpabilité et frustration. A quoi ça sert tout ça? A quoi bon? Le cercle de la déprime est en route et déteint sur tout.
Avec de tels mantras on ne va pas très loin, on est même assez vite arrêté avant de commencer.
Finalement cela ne sert qu’à nous punir nous-même, nous privant de nos propres qualités et en privant les autres par la même occasion.
Tout commence par la confiance en soi, l’amour de soi qui fait dépasser les doutes et les craintes. L’amour de soi est une appréciation, un accueil positif et bienveillant de notre vie, avec la certitude que nous pouvons nous y développer au meilleur de nous-même, pour peu que nous nous en donnions la peine.
Demain peut être mieux qu’un vieil aujourd’hui, un bel aujourd’hui. Qu’en pensez-vous?
Justement aujourd’hui je vous propose une petite conversation avec vous-même.
Prendre le temps de se poser pour un tête à tête sans prise de tête mais le temps de s’avouer à soi-même ce que l’on veut vraiment, de reconnaître ses erreurs, de remettre les pendules à l’heure avec soi, de relancer le bon timing, celui des opportunités, des synchronicités que déclenchent l’amour et la présence.
Dans les bons mots qui libèrent, il y a : désolé(e).
Je suis désolé(e) pour tout cela : le temps perdu, les critiques négatives et stériles, les croyances qui me limitent, etc.
Je vous invite à écrire dans votre cahier tout ce pour quoi vous pourrez dire ensuite « désolé » et voir ce que cela produit en vous. Peut-être une inspiration sortira-t-elle du chapeau magique de votre coeur ouvert.
Aujourd’hui je remets les pendules à zéro et je repars. « Désolé » efface nos ardoises. Nous pouvons utiliser ce petit mot magique pour nous-même mais aussi en pensant à d’autres et à toutes les situations qui pèsent sur notre vie quotidienne.
Essayez et vous retrouverez le chemin du respect de vous-même, de l’amour de vos qualités et l’énergie de la confiance à nouveau, à condition bien sûr que cela soit totalement sincère.
Aujourd’hui, dissipez les ombres des aujourd’hui qui n’arrivent pas à naître et bonne sortie à l’air libre de vous-même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s