L’épreuve de la confiance

Pratiquer la méditation est une invitation à nous glisser dans l’expérience de l’instant et à vivre par nous-même de quoi il retourne.  C’est un acte qui nécessite aspiration, décision et confiance, un minimum pour commencer. Car zéro expérience – zéro confiance et zéro confiance – zéro expérience. Les deux sont l’abscisse et l’ordonné des compétences en différents domaines ou de la réalisation pour ce qui concerne notre propos, de l’incorporation de ce que nous aurons entendu dans les enseignements sur la nature de l’esprit. Un incontournable somme toute.
Un jour nous commençons à pratiquer et là la courbe de la confiance explose : nous trouvons cela formidable, nous mettons tous nos espoirs dans cette sensation d’éblouissement solaire et aveuglant de notre soif qu’il se passe quelque chose. Peut-être que la méditation pourrait enfin prouver cette réalité qui se dérobe à chaque espoir sous nos pieds de lutteur fragile? ce serait inespéré. les premières fois peuvent être enthousiastes, en la méditation comme en tout. Mais ensuite?

La deuxième, la troisième… la millième et faites le décompte vous même, nous sommes obligés de reconnaître qu’il y a une baisse, voire un effondrement de ce qui nous portait au début, la confiance s’étiole. Nous nous préparons enfin à la vraie pratique, le vrai test de confiance qu’on appelle en spiritualité, la traversée du désert, la nuit obscure dirait St Jean de La Croix, si je peux me permettre cette référence insolite d’un certain point de vue. Mais pas tant que ça car il s’agit de comprendre que la vraie pratique est un chemin où s’éprouve la confiance, qu’il s ‘agisse de Dieu ou d’autre chose. Nous sommes quittés par ce qui nous semblait si prometteur. Ce n’était qu’une illusion. Il est donc normal de voir sa fièvre spirituelle chuter largement avec le coussin râpeux de la discipline, c’est-à-dire d’un entraînement sans attente et sans gain visible ou immédiat où l’on remet chaque jour son ouvrage sur le métier ou ses fesses sur le coussin.

Si vous continuez cette traversée de l’expérience où la confiance est mise à rude épreuve et proche du minimum vital, alors viendra le moment de grâce où lâchant tout espoir viendront à vous de vraies intégrations. La confiance renaîtra en courbe ascendante pour ne plus retomber au soufflet des déceptions égotiques et naïves. Alors le sois sans doute qu’on rencontre si souvent dans les textes sera compris dans les tripes et deviendra réalisation immuable.

Cela te tombera dessus comme la
grâce éperdue d’un coup de massue –
tu ne le verras pas venir alors cesse de
ruminer la victoire et goûte le sans goût de l’ennui accueilli –
traverse le désert au clair de tes défaites et accepte l’étrange confiance
sans repères du chemin commencé –

b_1_q_0_p_0
L’effet Dunning-Kruger bien connu des enseignants (l’illusion de compétence) se décline également sur le chemin de la pratique de la méditation
Publicités

One thought on “L’épreuve de la confiance

  1. Je pense être encore dans l’ascension, mais merci de me mettre en garde car, quand cela m’arrivera, si cela m’arrive, je pourrais me sentir portée par un parachute. La chute sera plus douce. Alors, je pourrais poursuivre ma route dans la confiance.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s